Le rebranding implique l’excitation. Avec Supermodel Linda Evangelista comme nouveau visage du détaillant Talbots, l’excitation est un Vente appartement à Monaco euphémisme. Je dis cela parce que, pour paraphraser le jargon de l’industrie du vêtement, Talbots livre la marchandise. Derrière chaque porte rouge signature, il y a un savant mélange de marchandises. C’est cette extraordinaire gamme de vêtements qui renforce la nouvelle image. Linda peut “les amener à la porte”, mais seuls les bons vêtements produiront des ventes.

Lorsque la PDG Trudy Sullivan est arrivée Monaco legend properties chez Talbots, après son poste précédent chez le géant des vêtements décontractés Liz Claiborne, elle a été surprise par l’absence de départements internes de conception et de développement de produits. Mme Sullivan a rapidement résolu ce problème en recrutant de nouvelles personnes pour constituer une équipe de conception. Un endroit évident pour commencer, non? Mais ce qui distingue la direction de Mme Sullivan, c’est son approche. Elle résista à l’envie de jeter le bébé avec l’eau du bain. Au lieu d’une refonte totale et d’un appel aux armes immédiat pour créer de nouveaux produits, elle a organisé une revue systématique des meilleurs et des pires vendeurs des soixante dernières années ! Ce réexamen des fondations – les perles, les twin-sets, les appartements, les trench-coats – n’était pas un exercice pour trouver d’anciens favoris à rééditer mais pour comprendre le cœur de métier de Talbots et le cachet du vrai style américain.

Il ne peut certainement pas y avoir d’exemples plus durables du style américain que Katherine Hepburn, Jacqueline Onassis et la princesse Grace de Monaco. Astucieusement, Talbots a créé trois coupes distinctes pour les vestes, chacune portant le nom de l’une de ces femmes emblématiques. Au total, 23 styles sont disponibles en ligne, chacun regroupé en fonction de la coupe et accompagné d’une vidéo intitulée – Meet the Ladies :

  • Kate : Des vestes sexy, en forme de sablier, ajustées à la taille pour s’habiller avec ou sans tenue.
  • Jackie : Vestes cool, sophistiquées et ludiques. Idéal avec un jean et une jupe.
  • Grace : vestes classiques légèrement cintrées – féminines et féminines.

Les vestes sont un article coûteux, rarement un achat impulsif. Cette technique de “romancer la marchandise” porte en elle la promesse de ventes boostées. Qui pourrait résister à l’envie d’explorer ces looks séduisants et différents ? Je ne veux pas remettre en question Mme Sullivan ou le groupe de design, mais les implications pour cette marque au sein d’une marque sont intrigantes et pleines de possibilités.